« Si je frappe, c’est pour tuer »

De nombreux pratiquants d’arts martiaux ont déjà entendu de leur maître l’affirmation suivante: « si je frappe, c’est pour tuer ! ».

Que faut-il entendre par là ? Comment peut-on évoquer dans ces conditions l’esprit pacifique des arts martiaux ?

Bon nombre de novices prennent cette idée à la lettre. Or cette affirmation doit être analysée en parallèle avec une autre: « on pratique les arts martiaux pour ne pas avoir à s’en servir ».

On peut arriver alors à la conclusion suivante: si l’on frappe pour tuer, il vaut mieux ne pas frapper.

D’où la nécessité impérative de la maîtrise de soi dans la pratique des arts martiaux, la recherche constante pour évoluer vers le but ultime: vaincre sans combattre.

Y.K. LEE

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s